notre petite planete

Balade dans la vallée du Dropt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Balade dans la vallée du Dropt

Message  victoria le Sam 14 Avr - 12:55

Bonjour


J'ai envie aujourd'hui de vous faire découvrir un petit coin paradisiaque du Lot-et-Garonne, qui regorge de mille trésors cachés.

La vallée du Dropt est un véritable havre de paix, où le temps s'écoule au fil de la rivière qui la traverse.

Évoquant la vallée du Dropt, il y a quinze siècles de cela, le poète latin Sidoine Apollinaire voyait en elle "une image du paradis" ...



Né en Périgord, non loin de Monpazier, le Dropt saute de moulin en moulin et trace son sillon à travers la Guyenne et l'Entre-deux-Mers jusqu'à la Garonne dans laquelle il se jette, entre La Réole et Saint-Macaire. Un sillon de 130 kilomètres ourlé de champs de primeurs et de tabac, frangé de vignobles et de vergers, de prairies, de bois de chênes et châtaigniers où s'épanouissent villages et moulins.

Tout au long de cette vallée, des paysages harmonieux et des étapes gourmandes s'offrent aujourd'hui à nous.

Peuplée depuis le fond des âges, la vallée du Dropt est terre d'Histoire. On retiendra, en particulier, le formidable affrontement qui opposa, trois siècles durant, les rois de France et d'Angleterre. Jusqu'à la bataille décisive du 17 juillet 1453, à Castillon, qui mit fin aux hostilités.

Cette période agitée nous a laissé de nombreux témoignages architecturaux et urbanistiques, qui constituent un patrimoine d'une variété et d'une richesse exceptionnelles. Villages anciens, églises, abbayes, chapelles et châteaux, fortifications, moulins et ponts romans.. Et, bien sûr, des bastides des XIIIe et XIVe siècles, près d'une vingtaine au total, dont certaines comptent parmi les plus belles et les mieux conservées du Sud-Ouest de la France.

Le Pays du Dropt est une structure de regroupement de collectivités locales françaises, située dans le département de Lot-et-Garonne et la région Aquitaine. Il est situé au Nord du Lot-et-Garonne, c'est l'un des cinq pays de Lot-et-Garonne.

Sa population est de 26 378 habitants sur une superficie de 881 km2. Les villes principales sont : Miramont-de-Guyenne, Villeréal, Duras et Castillonnès.

Il regroupe 5 Communautés de communes et des communes isolées pour un total de 68 communes.

* Communauté de communes du Pays de Lauzun
* Communauté de communes du Pays Villeréalais
* Communauté de communes du Pays de Duras
* Communauté de communes des Pays du Trec et de la Gupie
* Communauté de communes du canton de Castillonnès.

L'équipement de la vallée du Dropt en "moulins à eau" a été considérable : moulins à blé, moulins à foulons (appelés aussi "foulons", simplement ), moulins à soufflets de forges ou à marteaux de forges, moulins à scieries, etc...
L' « inventaire sur les moulins à blé, de l'An II à 1809 » est significatif : il répertorie 44 moulins pour la partie de la vallée allant de la source à la région de Villeréal, avec 10 moulins pour la seule commune de Gaugeac !

On a pu répertorier au moins soixante quinze moulins sur le Dropt lui-même (pour 66 barrages) .

Les moulins encore en activité sont rares (trois ou quatre). Dépouillés de leurs machines, la plupart ont été transformés après restauration en résidences principales ou secondaires.

Certains de ces moulins étaient très importants, appelés d'ailleurs "usines du Dropt" dans les archives du 19ème siècle, particulièrement dans la basse vallée, avec deux ou trois roues à cuve par usine.

Dégageant une impression de puissance architecturale autant que d'élégance, le moulin de Loubens, construit à même le Dropt, est l'un de ceux dont le visiteur ne peut se lasser. Considéré comme le Petit Chenonceau du Bordelais, le moulin de Loubens, connu par les textes depuis 1107, n'avait pas alors la configuration actuelle.



Propriété depuis 1613 de la famille de Louppes, seigneur de Loubens, le moulin primitif se situait en rive droite quand, en 1765, le seigneur de Loubens fit construire, en rive gauche, et face au premier, un second moulin dédié au foulonnage du chanvre et du lin.

A cette époque, le moulin était équipé de quatre roues à cuve et d'une turbine Fontaine produisant l'électricité nécessaire au fonctionnement des bluteries (tamisage) et des ascenseurs à godets acheminant les farines sorties des meules aux étages supérieurs. Les meules furent vraisemblablement abandonnées à la fin du XIXe siècle pour se voir substituer des rouleaux à cylindres qui auraient été installés à l'étage.

Le moulin cessa de fonctionner en 1929 et fut classé Monument historique en mars 2000.

Les magnifiques ponts sur le Dropt donnent de bons points de vue sur la rivière, généralement peu visible autrement en raison de la végétation incontrôlée qui couvre les rives.


Pont de la Sauvetat-du-Dropt
.

Cette vallée est aussi la vallée des bastides.

En 1249, à la mort de Raimond VII, Alphonse de Poitiers devient par succession Comte de Toulouse, et à ce titre prend possession de l'Agenais.

Alphonse de Poitiers inaugure une politique de création de "villes nouvelles" en Agenais, essentiellement pour consolider son aire d'influence face au Périgord anglais.

A cette stratégie de jalonnements frontaliers, s'ajoutaient des raisons "locales" :

- les forêts recouvrant les rives du Dropt étaient des zones d'insécurité, abritant des bandes de pillards qui désolaient le pays. L'implantation d'une cité sous la protection du souverain devait ramener l'ordre et la sécurité dans la région.
- les nouveaux habitants étaient amenés à défricher les environs de la bastide; la terre devenait source de revenus pour tous : souverain, donateurs et donataires.
- les populations qui s'établissaient dans la bastide provenaient en partie des seigneuries voisines; ceci entraînait un affaiblissement de la puissance de ces seigneurs indociles et prédateurs.
- certaines bastides, conçues ou aménagées pour servir de place forte, pouvaient commander la vallée du Dropt, zone de pénétration ennemie aisée.

Alphonse de Poitiers fonde dans la vallée du Dropt les bastides de Castillonnès (1259),Villeréal (1267), Eymet (1270).

A proximité de cette vallée, participant des mêmes vues, il fonde Villeneuve-sur-Lot (1253), Monflanquin (1256), Sainte-Foy-la-Grande (1255-56), Villefranche-du-Périgord (1261).

Sous le règne d'Edouard 1er, d'autres bastides sont nées : Monpazier (1284), Roquépine (1285), Fonroque (1284), Labastide-Monestier (1284), Miramont-de-Guyenne (1278-86), Sauveterre-de-Guyenne (1281-83); au Nord-Est de la vallée : Beaumont et Molières.

Après la guerre de Cent Ans, la dernière bastide de la vallée du Dropt à naîte sera Lévignac de Guyenne.

Toutes ces bastides ont été construites suivant des schémas bien précis : Au cœur de la bastide, la place, carrée, bordée de maisons à arcades formant une rue couverte ("les couverts"). Elle est l'élément principal de la bastide, le centre d'échange et de communication : elle tient lieu de forum et est dévolue aux marchés. Au centre de la place, une halle abritant au premier étage la maison consulaire. Les carreyras et traverses rejoignent la place par les coins; l'accès à la place se fait par un passage en biais, "une cornière" (aujourd'hui, les cornières désignent souvent les couverts eux-mêmes).

Parmi les plus beaux villages de cette vallée du Dropt, on se doit de parler de Monteton.

Monteton, pittoresque village de 276 habitants en Lot et Garonne, dans le pays du Dropt, à la jonction des départements de la Dordogne, de la Gironde et du Lot-et-Garonne.

Entouré par les communes de Auriac-sur-Dropt, Cambes et Allemans-du-Dropt, Monteton est situé à 15 km au Nord-Est de Marmande, la plus grande ville à proximité.
Situé à 92 mètres d'altitude, La rivière le Dropt, le Ruisseau de Malromé, le Ruisseau de Millebordeaux sont les principaux cours d'eau qui traversent la commune de Monteton.

Situé au sommet d’un mont qui domine la vallée du Dropt, Monteton jouit d’un point de vue exceptionnel.


Depuis la halle située sur la place du village, à coté de l'église du XII siècle, on peut voir les treize clochers des communes qui bordent la vallée du Dropt.

De Baleyssagues en aval de Duras, jusqu’à Saint Romain situé en amont de la Sauvetat, ce sont pas moins de 25 km de la vallée du Dropt, de la Gironde à la Dordogne en passant par le Lot et Garonne qui défilent sous nos yeux.


Une petite visite au Château de Monteton s'impose : suivez-moi, je vous emmène Very Happy .

Neuf cent ans d'histoires planent sur ce site remarquable et remarqué, inspirant le respect des différents bâtisseurs qui contribuèrent à son élévation, mais animant aussi la crainte de voir ses lourdes pierres crouler sous le poids des années et des intempéries.

Cet édifice est bâti sur une éminence selon un plan en U.

Un corps de logis formé d'un corps central à vocation de passage vers la cour intérieure, est cantonné de deux ailes d'habitation. L'ensemble est bâti sur un niveau de soubassement accueillant cuisine, boulangerie et réserves. Des communs sont adossés à un mur d'enceinte au nord.



Ce château du XVIIème siècle a été abandonné au cours du XXème siècle, et l'aile Est utilisée comme carrière de pierres. Le corps central conserve des traces de pont-levis à flèches et des meurtrières, marques de noblesse et nécessité défensive pour des catholiques de façade restés protestants après 1685. Aujourd'hui, auberge et hébergement, c'est un site privé.

Cette vallée du Dropt est un pays secret. Le "touriste pressé" qui traverse ce pays ne découvre à première vue rien de remarquable : rivière cachée, vallée sans grand caractère, coteaux uniformes.

Il faut plus que ce regard superficiel pour saisir le charme réel de cette région. Il faut prendre le temps : temps de flâner dans les bourgs chargés d'Histoire du Moyen-Âge, temps de musarder sur les routes rurales pour saisir toute l'harmonie de cette campagne qui a un petit air de Toscane avec sa lumière, ses collines aimables et ses fermes disséminées.

C'est un bon pays ! ; mais un bon pays qui se livre seulement à qui sait le découvrir.

Non loin de là, le village de Duras. Duras est une commune française, située dans le département de Lot-et-Garonne et la région Aquitaine.

Située en Guyenne dans le vignoble des Côtes de Duras, la commune de Duras est arrosée par un affluent de la Garonne, le Dropt, qui sert de limite naturelle à la commune au sud, la séparant de Saint-Pierre-sur-Dropt, Taillecavat et Cours-de-Monségur jusqu'au confluent avec la Dourdèze.

Le bourg, implanté sur une hauteur qui domine la vallée du Dropt, est un important carrefour routier sur les routes départementales.

Lorsque l'on vient se promener à Duras, il est indispensable de venir découvrir la riche histoire des ducs de Duras et la conquête ininterrompue de ce château au fil des siècles.

Au cœur de l'Aquitaine, le Château de Duras offre un trésor architectural où se mêlent Moyen Age et XVIIIe siècle. Surplombant la vallée du Dropt, cet édifice à l'allure majestueuse a toujours suscité la convoitise des français autant que des anglais. En effet l'actuel château est l'héritage d'une évolution riche en rebondissements.

Du château médiéval à la demeure de plaisance XVIIIe siècle, on part à la rencontre de splendeurs architecturales à travers un dédale d’une trentaine de pièces visitables.

Initialement érigé au XIIe siècle, le château de Duras est transformé au XIVe siècle en une forteresse imprenable grâce au soutien du pape Clément V, à son neveu et homonyme, Bertrand de Got, alors propriétaire du château.



Entre les mains de la famille de Durfort, le château passe lors de la Guerre de Cent Ans (1337-1453), tantôt dans le camp du duc d’Aquitaine, roi d’Angleterre, tantôt dans celui du roi de France.

Convoité par les plus grands, Duras est érigé à la fin du XVIIe siècle en duché. La forteresse perd alors son aspect défensif et devient une superbe demeure de plaisance, avec ses écuries, ses jardins réguliers, sa salle de réception (actuelle salle « des Trois Maréchaux »)… Il connaît alors les fastes du siècle des Lumières.

Partiellement détruit et pillé à la Révolution, il est finalement « reconquis » par les habitants de la ville à la fin des années 1960 lors d’une vente aux enchères.

Il est maintenant un fleuron du patrimoine culturel aquitain et un site touristique majeur du Lot-et-Garonne.

A travers le dédale de ses 35 pièces restaurées, le château présente de véritables splendeurs architecturales : péristyle, salle aux secrets, clés de voûte, salle de la charpente, puits, etc..


Détail de la charpente
Rarement château aura autant marqué son territoire ! Construit sur un promontoire dominant la vallée du Dropt, le château de Duras a contribué à façonner ces paysages.

Une chose très importante : on ne peut dissocier Duras et les vignobles Very Happy .

Depuis le XIIe siècle, les hommes produisent du vin à Duras.

A Duras, la Maison des Vins présente une exposition permanente "Les clefs du vignoble et son Jardin des vignes" pour nous permettre d’apprécier la qualité des vins des Côtes de Duras. Nous pouvons y bénéficier de conseils personnalisés pour construire nos itinéraires de découverte du vignoble.

Les viticulteurs y exposent une partie de leur production : 160 références de vins rouges, blancs secs, rosés et moelleux.

Il est important également de prolonger notre rencontre avec l’histoire par une flânerie dans les rues de Duras, en profitant de l’accueil de ses nombreux petits commerces ou d’une pause rafraîchissante aux terrasses des cafés.

Partons maintenant vers le village de Lauzun.

Le village de Lauzun est situé au nord du département du Lot et Garonne, dans le Marmandais en Région Aquitaine. La limite de la commune avec le Périgord (Dordogne) est matérialisée par le Dropt, rivière qui traverse la Guyenne, et qui est jalonnée de nombreuses bastides et villages de caractères tel que Monpazier, Villeréal, Castillonnès, Eymet, La Sauvetat du Dropt, Allemans du Dropt, Duras ou Monségur.

Lauzun a toujours été une place forte. Bien situé sur une hauteur, ayant donc la possibilité de surveiller la campagne environnante et les voies d'accès, le site de Lauzun fut dès l'époque Gallo-Romaine le lieu d'implantation d'un "Oppidum". Ce point fort permettait aux occupants de défendre les terres et les dépendances sous leur protection. A la fin du VIème siècle fut érigé un château fort autour duquel vinrent s'installer les serfs et les vilains puis les artisans et les commerçants.

Dès le XIIème siècle, les Nompar de Caumont étaient seigneurs de Lauzun et des terres environnantes. Une centaine d'années plus tard, le château devint une véritable forteresse avec un donjon, des remparts, des douves et des portes à pont-levis, défendus par des tours dont il reste deux exemplaires dans le village.


Au cours du temps, des aménagements et des modifications survinrent, et le château se transforma peu à peu, à l'époque de la Renaissance, en une demeure seigneuriale plus confortable.

La seigneurie de Lauzun comptait à la fin du Moyen-Age quelque dix-huit églises et chapelles, mais ces édifices religieux furent malheureusement abandonnés ou détruits à l'époque des guerres de religion et ensuite à la Révolution.

Pour la petite anecdote, lorsque j'étais gamine, j'allais passer mes vacances à Lauzun, chez ma tante qui tenait un salon de coiffure. Deux à trois fois par semaine, elle coiffait la Comtesse (descendante directe des nobles ayant vécu dans le Château de Lauzun). Elle-même y vivait.
J'étais intriguée par cette Comtesse Very Happy .

La première fois que je l'ai vue dans le salon de coiffure, j'ai aperçu une dame âgée, mais qui avait beaucoup de classe, de part son allure générale, ses habits, son maquillage. Elle était très généreuse dans ses pourboires (même pour moi, elle me donnait parfois des gros billets, j'étais fière mdrrr).

Ce qui me faisait sourire à cette époque là, c'était l'arrivée au salon de cette dame. Ma tante plantait tout le monde, et disait : "Voilà la Comtesse.....Bonjour Mme la Comtesse...Mme la Comtesse va bien aujoud'hui ?..... Bien sûr Mme la Comtesse....etc. Tout ce blabla m'amusait, et il est resté dans un coin de ma petite tête Laughing .

Partons du salon de "tata" et allons nous promener maintenant sur Castillonnès, c'est pas très loin.

Castillonnès, située sur le Dropt et la route nationale 21 entre Bergerac et Agen, est une commune du Lot-et-Garonne.

Cette petite ville de 1442 habitants vivant sur une superficie de 19 km² et une moyenne d'altitude de 133 mètres, est située à 25 km au sud de Bergerac et dans le nord du département du Lot-et-Garonne, dans le sud-ouest de la France. C'est une des nombreuses villes bastide petit et attrayant dans la région qui a évité de faire partie du circuit touristique - il reste une traditionnel ville française.

Castillonnes est sur une colline et à la fin de la rue du Petit Paris sont des vues impressionnantes sur le Lot et Garonne campagne.

Bastide fondée en 1259 par Alphonse de Poitiers, comte de Toulouse, frère et féal du roi Louis IX (alias Saint-Louis), elle est entourée de fortifications au 14ème siècle sur ordre du roi d'Angleterre. Plusieurs sièges et incendies au cours de la guerre de Cent ans et des guerres de Religion.


Le centre de Castillonnes est autour de la Place des Cornières où le magnifique hôtel de ville domine tout un côté de la place. Ce bâtiment abritait à l'origine un ordre religieux lié à l'abbaye de Cadouin. Une grande partie du bâtiment a été la grange aux dîmes, le logement les loyers et les dîmes des fermiers. Ceux-ci seraient versés sous forme de sacs de céréales et de tonneaux de vin. Il abrite aujourd'hui la mairie et l'Office de Tourisme.



Sur un coin de la place on trouve l'église, une grande partie de ce qui est assez "nouveau" parce que les versions antérieures ont été détruits dans la guerre de Cent Ans et la guerre des religions. A l'intérieur il y a un autel gothique du 18ème siècle et de jolis vitraux modernes. Attenant à l'église est un ancien presbytère datant du 18ème siècle. Jetez un œil dans son jardin pour voir sa curieuse tour hexagonale.

La rue principale menant de la Place des Cornières est la Grand-Rue.

La rue de Guirlity conduit à des remparts du 16ème siècle et d'escaliers abrupts mènent à l'une des portes anciennes. Un autre peut être vu un peu vers la gauche.

Une autre route menant de la place, la rue de la Paix a une maison avec un "pontet" s'étendant sur la route. La belle Hôtel des Remparts est sur cette rue. C'est un hôtel agréable et a un excellent restaurant. Il était à l'origine une maison appartenant du baron de Beraud.

Au coin de la place avec la rue du Lion d'Or est le plus vieux bâtiment de Castillonnès. Il est du 14ème siècle et a des fenêtres de style gothique jumeaux. A la fin de la rue, se trouve un bâtiment à colombages, assez fréquent dans cette partie du Lot et Garonne.

A environ 12 kms de là, je vous emmène découvrir la ville de Villeréal.

Villeréal est un chef-lieu de canton comprenant 13 communes; elle est située tout à fait au Nord du département de Lot et Garonne, à la limite de la Dordogne. Sa population est d’environ 1300 habitants et d’environ 3500 sur l’ensemble du canton.

Dans cette région de Coteaux verdoyants du Haut Agenais, Villeréal est implantée dans la riche vallée du Dropt, rivière dont les flancs sont bordés de plusieurs Bastides: anglaises sur la rive droite telles que Beaumont ou Monpazier, françaises sur la rive gauche comme Castillonnès ou Villeréal.



Cette bastide a été fondée en 1267 par Alphonse de Poitiers, comte de Toulouse, frère et féal du roi Louis IX (alias Saint-Louis) sur un terrain concédé par Gaston de Gontaud, seigneur de Biron.
Il s'agit d'une bastide "de plaine" érigée à proximité du Dropt, sans fortifications mais entourée de fossés.

Elle a été occupée par les Anglais de 1279 à 1453 (fin de la Guerre de Cent Ans), puis par les Protestants en 1569 et 1572.

Les huit rues principales s’y recoupent à angles droits ; au centre entourée de cornières une grande place carrée où sera plus tard implantée (fin du 14e siècle) une halle aux vastes proportions qui fut dotée, fait rarissime, d’un étage en torchis. L’église, en légère rupture avec la trame rigide du bourg, véritable forteresse, date elle du 13e siècle. Ces deux monuments sont aujourd’hui classés.

Le quadrillage des rues (dites orthogonales) est caractéristique du plan des bastides. Il est constitutif de la fondation de Villeréal en 1265 et n'a jamais été modifié depuis. Il continue de fonctionner parfaitement... prouvant la grande maîtrise, et la capacité visionnaire des "urbanistes" de l'époque.


Si Villeréal n’eut jamais de fortifications, on y creusa, tout autour, d’énormes fossés appelés “douves” qui, grosso-modo, occupaient l’emplacement des boulevards extérieurs actuels. Ils furent comblés au 18e siècle mais l’existence de ces douves, larges de sept mètres environ, faisait de Villeréal une place forte malgré l’absence de remparts.

En se dévoilant par des restaurations de qualité, Villeréal veut rendre vivant le passé vécu par ses aînés, mais elle veut être aussi, et de toutes ses forces, ville d’accueil, de calme, de sérénité et de bien-être... Sans apparat, sans discours pompeux mais avec simplicité et loyauté, Villeréal souhaite plaire à toutes les personnes qui la découvriront.

Enfin, pour terminer cette balade de la vallée du Dropt, je vous emmène dans cette ancienne bastide anglaise qu'est Miramont-deGuyenne.

Miramont-de-Guyenne est une commune française, située dans le département de Lot-et-Garonne, sur la Dourdenne, affluent du Dropt, et les routes départementales 933, 667 et 668 entre Bergerac et Marmande, dans le Pays du Dropt.

La bastide royale de Miramont-de-Guyenne est une création d'Édouard Ier, roi d'Angleterre, duc d'Aquitaine. Le contrat de paréage est passé (de 1278 à 1286) entre Amanieu de Meillan, seigneur de Cancon et Jean de Grailly, sénéchal de Gascogne. Édouard Ier confirme en 1294 cette fondation et la charte de coutumes donnée à la bastide.

La bastide de Miramont est tracée sur le modèle aquitain : plan régulier en quadrillage orthogonal autour d'une place centrale. En 1323, Édouard II autorise l'érection de murs d'enceinte, promettant de faire bâtir à ses frais les quatre portes d'entrée ; la Guerre de Cent Ans anéantira ces projets.



La bastide, redevient française à la fin de la guerre de Cent Ans ; prise et reprise par Français et Anglais, elle sort de cette période complètement ruinée. En 1494, le roi de France Charles VII accorde à Miramont une nouvelle charte qui règle l'organisation municipale et la reconstitution de la bastide, .

Les vestiges se limitent aujourd'hui à un ensemble de ruelles et à quelques couverts autour de la place centrale.


Miramont traversa guerres de religion et Révolution et ce n'est qu'à l'époque de la Restauration qu'elle renoua avec son passé industriel notamment à travers la fabrication de chaussons de basane (fine peau de mouton).

L'aventure miramontaise de la chaussure commença au milieu du XIXe siècle. Au lendemain de la guerre, la mutation des techniques et la concurrence nécessitèrent une modernisation des matériels et une spécialisation des ouvriers.

Dans les années 50, les usines locales, qui couvraient à elles seules 75% des besoins français en chaussons, se restructurèrent afin d'assurer également la fabrication de chaussures. Sur le plan national, "Les chaussures de Miramont" acquirent rapidement un renom d'élégance et de qualité qui fit de la cité une métropole reconnue de la chaussure.

Afin de nous reposer un peu, je vous propose d'aller nous détendre au bord du Lac du Saut du Loup, à la sortie de Miramont.



Notre balade dans la vallée du Dropt s'achève ici, j'espère que vous n'êtes pas trop fatigués Very Happy .

J'espère aussi que cette longue promenade dans le Pays du Dropt vous aura plu, et que vous aurez découvert de belles choses.



Bisouuuuus à tous
























Dernière édition par victoria le Dim 15 Avr - 15:47, édité 17 fois
avatar
victoria
Admin

Messages : 905
Date d'inscription : 27/01/2012
Age : 49
Localisation : Marmande (47)

http://notrepetiteplanete.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

balade dans la vallée du Dropt

Message  mesange le Sam 14 Avr - 17:08

Très rafraichissante, cette balade, très enrichissant ce retour dans le passé, l'histoire de ces moulins.
On respire dans cette verdure, ces vieux pont sont tellement poétiques ! J'avoue que je ne connaissais pas ce cours d'eau.
Merci ma Victoria ! Il y a une suite, n'est-ce pas ?

Bisous !
avatar
mesange

Messages : 480
Date d'inscription : 01/02/2012
Age : 81
Localisation : près de Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Balade dans la vallée du Dropt

Message  victoria le Sam 14 Avr - 17:27


Merci ma Mesange pour ton commentaire.

Oui, je pense que c'est une jolie balade, où l'on découvre plein de belles choses.

T'inquiètes pas, y a une suite oui, je pense terminer ce soir ou demain matin Very Happy .


Bisouus à toi
avatar
victoria
Admin

Messages : 905
Date d'inscription : 27/01/2012
Age : 49
Localisation : Marmande (47)

http://notrepetiteplanete.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Balade dans la vallée du Dropt

Message  mesange le Dim 15 Avr - 17:41

J'ai fait une bien belle balade grâce à toi, victoria. Cette vallée est vraiment riche d'histoire, aussi bien française qu'anglaise. Les deux camps ont laissé un très beau patrimoine.

Mais quel dommage que les guerres de Cent Ans, de religion, et la Révolution soient passée par là ! Ce patrimoine serait plus riche encore.

Merci victoria de nous raconter si bien ta région, c'est un travail remarquable. Bravo !

Gros bisous.
avatar
mesange

Messages : 480
Date d'inscription : 01/02/2012
Age : 81
Localisation : près de Lyon

Revenir en haut Aller en bas

ballade dans la vallée de dropt

Message  cloe38 le Dim 15 Avr - 19:41

petit coucou à tous,
j'ai des problèmes avec mon pc alors je limite mes visites sur le
forum.
Bravo ma vic pour ton article, les photos sont magnifiques,
je vois que dans ton enfance tu côtoyais le beau monde lollll
Nous avons de véritables trésors en france et bien
souvent nous ne connaissons pas tous ces sites magnifiques.
Gros bisous

cloe38

Messages : 144
Date d'inscription : 11/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Balade dans la vallée du Dropt

Message  victoria le Mar 17 Avr - 16:40



Merci les filles pour vos commentaires aussi sympas Very Happy .

Ma Mesange, ton commentaire me touche, je t'en remercie. Comme tu le dis, il est vrai qu'il est vraiment dommage que les guerres soient passées par là et ont détruit beaucoup de choses de ce magnifique patrimoine.

Il reste encore de beaux vestiges pour notre plus grand bonheur, et c'est tant mieux.

Oui ma cloe, notre France regorge de plein d'endroits comme celui-ci, et il est vrai que nous ne les connaissons pas tous.

J'ai de la chance je pense de vivre dans une région où l'histoire a laissé une belle empreinte, des monuments encore bien conservés, et de jolies petites rivières comme le Dropt pour flâner, et se reposer à l'ombre des arbres.

J'essaierais de vous faire découvrir d'autres petits coins un petit peu plus tard, car j'ai d'autres articles sous le coude actuellement à écrire.


Bisouuus à vous
avatar
victoria
Admin

Messages : 905
Date d'inscription : 27/01/2012
Age : 49
Localisation : Marmande (47)

http://notrepetiteplanete.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Balade dans la vallée du Dropt

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum