notre petite planete

Escapade à 'ile de Noirmoutier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Escapade à 'ile de Noirmoutier

Message  victoria le Dim 23 Juin - 20:14

Bonjour


Avec un peu de retard, je viens enfin vous parler de mon séjour de quelques jours, ce mois de Mai 2013, à l'Ile de Noirmoutier.

L’île de Noirmoutier est une île française de l'Atlantique, située dans le département de la Vendée (85). Elle est reliée au continent grâce à un pont depuis 1971.

Sa longueur est d'approximativement 18 km, sa largeur varie de 500 mètres à 12 km et sa superficie est de 49 km².


L'île est souvent surnommée l' "île aux mimosas" pour sa douceur climatique permettant aux mimosas de pousser et d'y fleurir en hiver. Ses paysages dominants sont les marais salants, les dunes, et les forêts de chênes verts.

Succomber aux vues imprenables sur l'océan, aux forêts domaniales, aux dunes innombrables et aux grandes réserves naturelles...Les reflets lunaires sur l'Océan Atlantique, l'air iodé et l'odeur des pins ne laissent personne indifférent.

Cette île  donne le goût de la liberté.

Les réserves naturelles sont nombreuses, laissez moi vous en présenter deux.

Gagnés sur la mer, les 48 hectares des marais de Müllemboug appartiennent au vaste ensemble des marais côtiers atlantiques, et sont le refuge de nombreuses espèces végétales et animales.

Sur le Grand Müllembourg, les longues années d’abandon ont créé des îlots à l’abri des prédateurs terrestres, propices à certaines espèces d’oiseaux, à condition que l’eau de mer continue de circuler grâce aux ouvrages hydrauliques, amenant avec elle de nombreux invertébrés marins. Sur le Petit Müllembourg, constitué de marais salants encore en activité, ces mêmes espèces cohabitent avec les sauniers.

Ces marais représentent en hiver un important reposoir à marée haute pour les limicoles, canards et bernaches, qui hivernent autour de l’île.

Au printemps, certains migrateurs de retour d’Afrique font simplement une étape, tandis que d’autres comme le Tadorne de Belon, la Sterne pierregarin et l’Avocette élégante, profitent des levées de terre pour dissimuler leurs nids.

Depuis 1955, les marais de Müllembourg (pour partie propriété du Conservatoire du Littoral) sont gérés par la LPO en concertation avec la commune de Noirmoutier en l’Ile. Ils constituent un milieu exceptionnel pour observer la vie dans les marais, sur les vasières, et découvrir la gestion d’un milieu naturel sensible.

Le Polder de Sébastopol se trouve à Barbâtre, à l'entrée de l'île de Noirmoutier.



Long de 4 km, large de 600m et d'une superficie de 133 hectares, c'est un site protégé et classé Réserve Naturelle Régionale.

De nombreux scientifiques et autres amoureux de la nature s'y donnent rendez-vous, car c'est un endroit privilégié pour s'adonner à l'observation ornithologique. Différentes espèces d'oiseaux sont visibles au polder : on en compte plus de 170. En période de reproduction, le polder devient le théâtre d'un incroyable spectacle.


"Polder" signifie "terre endiguée" en néerlandais. Un polder est un étendue de terre à vocation agricole dont le niveau est inférieur à celui de la mer.

L'autre attraction de l'île sont les marais salants.

Les marais salants recouvrent 1/3 de l'île, sur les communes de Noirmoutier et de l'Epine. Cela s'explique par l'essor du commerce de l'or blanc du XVIe au XVIIIe siècles, atout majeur pour l'économie insulaire jusque dans les années 70. Après une période de déclin (34 sauniers en 1990), la relance est désormais assurée par de jeunes producteurs, aujourd'hui une centaine.



Le sel est récolté artisanalement, dans le respect des traditions. L'eau de mer circule dans un réseau de canaux et de bassins minutieusement entretenus, jusqu'à l'œillet (petit bassin d'eau de mer crée par le saunier, à fond argileux, lisse et légèrement bombé en son centre, où se dépose le sel).

Grâce à l'évaporation, la concentration en sel s'intensifie tout au long d'un lent parcours de 48 heures, elle passe de 35 gr/litre à 300 gr/ litre. Sous l'action du soleil et du vent, l'eau arrive à saturation. Le sel se cristallise et tapisse le fond argileux de l'œillet. D'un geste régulier et précis, le saunier tire alors doucement le gros sel vers le bord de l'œillet, à l'aide de son ételle : planchette de bois au bout d'un long manche.


Les petits tas ainsi formés sont appelés mulons, ils ponctuent de leur blancheur, le bleu des marais salants.

Au plus chaud de l'été, lorsque le vent d'Est s'y prête, de fins cristaux miroitent à la surface des œillets. Cueillie délicatement avec la lousse (sorte d'écumoire), c'est la fleur de sel. Elle est ensuite déposée dans des paniers, pour sécher naturellement au soleil. Cristallisée à la surface de l'eau, elle est d'une blancheur et d'une saveur unique.

Les marais se visitent tout l'été et le début de l'automne, et les nombreuses cabanes à sel qui longent les routes attirent les curieux. On y trouve la fleur de sel, le sel fin, le gros sel et la salicorne en vente directe des producteurs.

De nombreuses forêts sont implantées sur l'île de Noirmoutier.

La forêt de la Frandière à Barbâtre, le Bois des Eloux à L'Epine et le Bois de la Chaise à Noirmoutier sont les trois principales forêts de l'île. A deux pas de la plage, leur végétation (mélange méditerranéen et insulaire)  offre un décor de carte postale pour les loisirs.

Le Bois des Eloux à l'Epine se situe en bordure de mer sur le point culminant de l'île. Lorsque l'on s'égare dans cet espace naturel et sauvage époustouflant ; les odeurs de sel marin nous guident vers les plages alentours..

Le Bois de la Chaise est une forêt domaniale hors du temps. Installé sur les grès au nord-est de Noirmoutier, ce bois est la douceur océane à l'état pur, à l'abri des vents d'ouest. Le bois est gardé par des hiboux, petits ducs et par des coléoptères volants. Le peintre Auguste Renoir a été conquis par cet endroit inspiré et inspirant.


Le serez-vous autant que lui ? Perso, je le suis Very Happy .

Le Bois de la Chaise est un site naturel aménagé associant la végétation locale à la végétation méditerranéenne. On y trouve le bois, la plage dite "des Dames", des sentiers de promenade, de jolies villas, une estacade. Une estacade ou jetée est un ouvrage assimilé aux ponts ou aux viaducs dont la caractéristique principale est d'être long et relativement bas.

Cette estacade, autrefois utilisée pour rallier Pornic, sert désormais aux pêcheurs qui attrapent les poissons par des cannes à pêche, mais surtout par des filets.



Le bois, dit "de la Chaise", est un petit bois planté de chênes verts et de pins maritimes. Sa côte est en falaise découpée par une succession de pointes rocheuses et d'anses sablonneuses.

La balade dans ce Bois de la Chaise est très agréable et très paisible.

Le matin, vers 9 h 30, il n'y a personne encore qui déambule dans cette forêt. On peut s'y promener à son rythme, prendre de sublimes photos, apprécier le silence et le calme. Franchement, c'est un vrai bonheur de se balader dans ces allées de chênes, de découvrir des côtes découpées, ou plus loin, la plage des Dames.


Cette plage est la plage la plus réputée et la plus fréquentée des plages de Noirmoutier. Elle se trouve à l'entrée du bois de la Chaise. Elle bénéficie d'une promenade de planches, d'un large sentier bordé de magasins et de nombreux bancs. On y trouve également les fameuses cabines de plage qui donnent un cachet supplémentaire à cette superbe plage.

Que vous préfériez le farniente, la pêche à pied ou le sport, que vous rêviez d'une crique ou d'une longue plage de sable fin. En fonction de la brise qui souffle sur l'île de Noirmoutier, il y a toujours un coin de paradis à l'abri, une plage pour vous accueillir !

Les plages de la Guérinière bénéficient d'une vue exceptionnelle sur le sud de l'île. En forme d'anse douce, elles illustrent histoire et patrimoine avec les moulins de la plage de la Court, et les blockhaus de la Cantine. Un remblai longe cette dernière. Aux pieds de la résidence Notre Dame de Bon secours, la marée basse découvre les écluses à poissons, construites par les insulaires, puis relevées et entretenues grâce à une association. La pêche à pied est praticable de la plage des Sables d'Or à la Pointe de la Loire.


Plage de la Guérinière
Surplombées par le Bois des Eloux, le point culminant de l'île, les plages de l'Epine son situées plein Ouest. Les plages de l'Océan, de la Martinière, de Saint-Jean ou de la Bosse proposent d'agréables balades à pied jusqu'au Port de Morin. Ce port d'échouage est le lieu idéal pour les amateurs de cabotage et de pêche côtière. La pointe du Devin marque la jonction entre l'Epine et Herbaudière.

Au sud de l'Herbaudière, on accède à la plage de Luzéronde par un sentier dunaire. Cette petite baie rocheuse s'étire jusqu'à l'Epine en une grande bande de sable clair. Elle offre un magnifique point de vue au soleil couchant. Sur cette plage le naturisme est toléré, pour la partie sud, à partir du Blockhaus. En remontant vers le nord se succèdent les criques sablonneuses des Lutins et de Luzan. A droite du port de plaisance, c'est la grande plage de la Linière, qui coiffe la tête de l'île. Lieu propice aux jeux de plage et idéale pour la pêche à pied.


Plage de l'Herbaudière
De la Madeleine à la plage du Vieil, c'est une succession de "marzelles" de sable et de rochers, qui font le bonheur des pêcheurs à pied. Les enfants apprécient d'y grapiller les bigorneaux, et autres crabes verts. Elles sont bordées de maisons typiques, posées sur le sable. La plage du Mardi Gras, décor du film "César et Rosalie", est une jolie crique appréciée des familles pour son calme. Une forêt de pins maritime longe la Clère, plage blonde et toute en rondeur, avant de céder la place aux chênes verts du Bois de la Chaise.


Plage du Vieil
Enfin, au Bois de la Chaise, on trouve des petites criques abritées, ouvertes sur la Baie de Bourgneuf.

Discrètes mais cossues, Les Souzeaux, bordée par des villas majestueuses, et l'Anse Rouge par des cabines de bain, sont très carcatéristiques de l'île. En continuant vers le sud, l'estacade de la Plage des Dames témoigne d'un passé balnéaire florissant, puisque c'est ici que débarquaient les estivants fortunés du 19ème. Les cabines et les restaurants qui bordent la plage apportent un cachet inégalé à cette partie de l'île surplombée par les chênes verts. Encore plus au sud, c'est la plage des Sableaux, idéale pour les enfants.

Paysages et architecture de l'île racontent l' histoire de l'île de Noirmoutier. Il suffit d'observer pour comprendre et remonter le temps...



Au début de notre ère probablement, l’effondrement du sol de la baie de Bourgneuf donna naissance à l’île d’Her, premier nom de Noirmoutier.

L’île fut alors habitée par les Romains et les Gallo-Romains ; on a mis au jour, vers le Vieil, les traces d’une ancienne villa romaine (en 1975, par l’association Les Amis de l’île de Noirmoutier). Plus tard, la jonction dunaire avec l’îlot de Barbâtre, puis les dépôts d’alluvions, lui donnèrent son contour actuel.

Mais l’histoire commença vraiment avec l’arrivée sur l’île, vers 674, du moine Saint Philbert qui encouragea les insulaires à mettre le sol de l’île en valeur (marais salants, agriculture, moulins à vent). Il est mort dix ans plus tard, après avoir accompli l’essentiel de sa tâche et laissé, semble t-il, une île relativement prospère et pacifique.

Pour peu de temps hélas !

En effet, au VIIIème siècle vint le début des calamités. L’abbaye fut dévastée par des pirates (venant d’Espagne, Basques ou Sarrazins). Les Vikings prirent le relais sur les côtes pendant deux siècles. Sous la pression normande, les moines et une grande partie de la population furent contraints d’abandonner l’île. De tout temps, l’île fut convoitée par les pirates, les corsaires et armées étrangères (Anglais, Hollandais, Espagnols) en raison de sa situation géographique, mais aussi pour cette richesse qu’était alors le sel.


Vue de Noirmoutier en l'Ile depuis le Château

En effet, elle fut envahie tour à tour par les royalistes et les républicains, au point qu'elle changea quatre fois de mains entre 1793 et janvier 1794, non sans voir coûté beaucoup de sang et de larmes.

L'armée de la république aura le dernier mot. Plus de 1500 soldats vendéens seront exécutés en quelques jours et l'île deviendra la prison de la Vendée.

L'épopée monastique et la période de la grande histoire sont révolues. Les Noirmoutrins, libres, vont pouvoir entreprendre de grandes tâches, dont l'urgence n'a d'égale que l'importance : la défense contre la mer, la fixation des dunes, la poursuite des dessèchements, l'aménagement du Gois, la construction des routes et des écoles, la restauration des églises...L'agriculture, la pêche, la culture du sel se développent.

L'île de Noirmoutier prend son envol.

Au centre ville de Noirmoutier l'île se dresse le Château (XIIe siècle).



Classé monument historique depuis 1994, son donjon abrite aujourd'hui un musée qui regroupe les différentes collections du patrimoine noirmoutrin depuis la Préhistoire et une importante collection de faïences de Jersey. Il offre de belles perspectives sur la ville et l'océan.

Un peu plus loin, l'Eglise Saint Philbert. Elle recèle une crypte du XIe siècle et le tombeau du moine Saint Philbert, qui créa les bases de l'économie de l'île. En 1794, l'Eglise servit de prison aux 1500 vendéens qui furent massacrés lors des guerres de Vendée.


Le Port de Noirmoutier en l'Île, autrefois témoin d'une activité intense grâce à l'exportation du sel de Noirmoutier, ce port d'échouage accueille aujourd'hui les vieux gréements et voiliers, qui accostent pour être réparés et restaurés dans les ateliers de construction et de réparation navale.



Sa rive nord est bordée de commerces et de restaurants qui font la joie des promeneurs. Elle est divisée en deux tronçons séparés par la place d’Armes : le quai Cassard, capitaine de vaisseau, et le quai Jean Bart, descendant de la famille Jacobsen, tous deux corsaires de la fin du 17ème siècle.

L'île de Noirmoutier cache des trésors invraisemblables, uniques et touristiques, comme le Gois par exemple. Mais, qu'est ce que le Gois ?


Le passage du Gois, route submersible unique au monde par sa longueur (4,5 km), fait partie des curiosités, des sites incontournables de l'île. A marée basse, on l'emprunte pour rejoindre Beauvoir-sur-Mer, ou on s'y retrouve pour pêcher palourdes, huîtres et coques. Ses 9 balises servent de refuge aux plus téméraires, qui se sont fait surprendre par la montée des eaux.

Classé à l'inventaire des monuments historiques depuis le 11 juillet 1942, le Gois représente, pour les Noirmoutrins comme pour les touristes, le symbole majeur de l'île.

Le passage du Gois  est une chaussée submersible selon la marée, située dans la baie de Bourgneuf, où elle relie l'île de Noirmoutier (commune de Barbâtre) au continent (commune de Beauvoir-sur-Mer), dans le département français de la Vendée. Le passage est praticable en voiture lors de la basse mer, et est inondé deux fois par jour à marée haute. Il existe d'autres sites de ce type, mais le caractère unique du Gois est son exceptionnelle longueur : 4,5 km. La hauteur d'eau qui le recouvre à marée haute varie de 1,30 mètre à 4 mètres, suivant le coefficient de la marée.

A marée montante, l'ancienne route est submergée par l'eau en 20 minutes environ, ce qui veut dire que l'eau monte entre 30 et 40 km/h.

Depuis 1971, le pont de Noirmoutier reliant l'île au continent est une alternative au Gois.


Le pont actuel reliant l'île de Noirmoutier au continent

Le nom de Gois  remonte à environ 1577. Il vient du verbe goiser, qui signifie marcher en mouillant ses sabots. Le mot gois pourrait aussi être une déformation du mot gué. On fait référence à ce passage depuis bien plus longtemps, alors que Noirmoutier s'appelait l'île d'Her. Le gois est pratiqué surtout par les passages "de pied"  et les animaux depuis le XVIIIe siècle. Il était à l'époque beaucoup plus long car les anciennes digues étaient plus loin de la côte. C'est en 1701 que ce passage reliant le continent à l'île est pour la première fois mentionné sur une carte géographique. La tradition orale veut qu'il aurait été traversé pour la première fois en 1766 par un tailleur de Barbâtre nommé Gauvrit.

Cette curiosité quasiment unique au monde existe depuis l'effondrement du plateau ayant donné naissance à la baie de Bourgneuf au début de l'ère quaternaire. Il y a plus de mille ans, la rencontre de deux courants marins venant du nord et du sud et se heurtant dans la baie a donné naissance à un banc de hauts-fonds qui s'est continuellement déplacé avant de se stabiliser il y a environ un siècle à l'emplacement actuel.

La grande mobilité des hauts-fonds rend l'exercice périlleux sans guide. Lors de la guerre de Vendée, pendant la Révolution, les royalistes se sont réfugiés sur l'île. Vers 1780, les premières balises de bois jalonnent le trajet.

Plus tard, des travaux de stabilisation sont réalisés, afin d'empêcher les bancs de sable de se déplacer. Ce sont eux qui ont permis l'installation de la voirie actuelle. Vers 1840, une ligne régulière est assurée par une voiture à cheval.

Aujourd'hui, de nombreuses balises permettent aux promeneurs surpris de se réfugier. Malgré de très nombreux panneaux indiquant les horaires de marée, il y a chaque année des incidents, mais très rarement mortels. Face au nombre croissant d'accidents, le gois est stabilisé, balisé puis empierré dès 1924. Des balises jalons sont plantées tous les cent mètres. Six balises dites  "mâts de perroquets"  et trois balises équipées de cages offrent une sécurité relative depuis la fin du XIXe siècle.


Balise de sauvetage

Le passage du Gois est une partie de l'ancienne route nationale 148 qui reliait Noirmoutier à Limoges, devenue aujourd'hui la départementale 948. Le 11 juillet 1942, le Gois et ses dépendances (chaussées, digues et balises) sont classés à l'inventaire des monuments historiques.

L'ancienne route à marée basse

Pendant des années, le Gois a été emprunté par les Noirmoutrins, avant la construction du pont. De nombreux accidents furent répertoriés. Deux croix gardent l'entrée et la sortie du Gois.

Aujourd'hui, sa traversée représente certains risques si le voyageur ne respecte pas les horaires des marées de basses eaux. Il est convenu que l'on peut passer par beau temps et fort coefficient de 1 h 30 avant et après basse mer. À partir de 1830, les marées sont affichées près du passage. Le brouillard peut devenir très dangereux, surtout pour les pêcheurs à pied qui perdent tout sens de l'orientation et peuvent se faire piéger par la marée montante.


Passage du Gois à marée montante
En effet, 4 jours avant mon arrivée sur l'île, une voiture comprenant 5 personnes s'est retrouvée piégée par la marée montante. Elle n'a dû son salut qu'à un bateau de pêche, qui comprenant le danger, a pu évacuer les passagers de la voiture. La famille a été prise en charge ensuite par les sapeurs-pompiers.

Le Tour de France est aussi un habitué du Gois...Le départ 2011 a été donné sur le Passage du Gois !!!

L'île de Noirmoutier est également riche de produits de terroir. Suivez-moi, et partons pour une balade gourmande Very Happy .

Climat doux, mer nourricière, terroir fertile...L'île de Noirmoutier possède tous les atouts pour cultiver des produits de qualité et qui ont du goût.

Ainsi, nous pouvons trouver chez les producteurs, sur les étals des marchés ou chez les commerçants de l’île, des produits à déguster sur place ou à rapporter dans son panier, à offrir... tous les produits du terroir noirmoutrin.

Terre ou mer, Ils sont certifiés "Saveurs de l’île de Noirmoutier" .

Je vais commencer par vous faire découvrir la pomme de terre de Noirmoutier.

Sur l'Ile de Noirmoutier, la pomme de terre bénéficie d'un climat particulièrement doux et d'un air salé. Elle pousse dans une terre sablonneuse, enrichie par le goëmon, que les agriculteurs vont ramasser à l’automne sur les plages, et dont ils se servent pour fumer leurs champs. Le goût si particulier de la pomme de terre de Noirmoutier viendrait de l’iode des algues.


La tradition veut que la pommes de terre soit plantée à la Chandeleur, à la main, pour être récoltée 90 jours plus tard, début Mai, en " grenaille ", c'est à dire grosse comme le pouce, arrachée depuis peu. Pour la déguster, elle est juste frottée sous l'eau et revenue dans le beurre.

La Bonnotte est cultivée seulement sur l’île de Noirmoutier, en petite quantité. Elle ne représente que 100 tonnes pour 10 000 tonnes de pommes de terre récoltées sur l’île.

Les autres espèces cultivées sont la Sirtema : la primeur des primeurs. Elle est la plus ancienne des variétés cultivée sur l’île. Viennent ensuite Lady Crist'l, Roseval, une pomme de terre rouge. En juin c'est l’époque de la Charlotte : blonde à chair ferme, offrant une saveur profonde et fondante.

Les 40 artisans cultivateurs noirmoutrins respectent un cahier des charges spécifique pour maintenir le niveau de leur production. Les normes de qualité, de sécurité, de transparence, la démarche initiée par la coopérative de Noirmoutier s’inscrivent dans un référentiel Agriconfiance garantissant des pommes de terre de haute qualité.


300 tonnes sont traitées par jour et chaque pomme de terre est expédiée le jour même de son arrachage.

La deuxième spécialité de l'île est le sel.

Dès le 5ème siècle, les moines Bénédictins ont transformé les marais humides de l’île en marais salants, par d'importants travaux de drainage.

Aujourd'hui, 3000 œillets sont exploités par une centaine de sauniers, adhérents de la coopérative ou non, récoltant le sel pur  "or blanc", de façon artisanale.



On récolte près de 3 000 tonnes de sel marin dans une année normale, mais les récoltes sont totalement liées à la météo.

Comment se forme le sel ?

L'eau de mer circule dans un réseau de canaux et de bassins minutieusement entretenus. Grâce à l'évaporation, la concentration en sel s'intensifie tout au long d'un lent parcours de 48 heures, passant de          35 gr/litre à 300 gr/ litre. Le gros sel se cristallise alors, et se dépose au fond des œillets, derniers bassins en argile où l’eau arrive à saturation.



Au plus chaud de l'été, lorsque le vent d'est s'y prête, de fins cristaux miroitent à la surface des œillets, c'est la Fleur de sel. Elle sera déposée sur des tables en bordure de marais, pour sécher naturellement au soleil. Cristallisée naturellement à la surface de l'eau, elle est d'une blancheur et d'une saveur unique.


Le Marais salant nous offre une riche palette de produits naturels :

* Le Gros sel ou gros sel gris : sel marin tiré de l'œillet, qui s'utilise pour l'eau de cuisson, les salaisons, les recettes en "croûte de sel".

* Le Sel fin : gros sel séché et broyé, il sert de sel de table et assaisonne et relève les goûts des plats.

* La Fleur de sel : Nectar du Marais, c'est le sel des grands chefs. Elle trône sur la table, on la saupoudre, en pincée, sur les légumes, les viandes et les poissons.

* La Salicorne : plante herbacée poussant exclusivement sur des terrains salés, elle est conservée le plus souvent dans une marinade. Elle est surtout utilisée comme un condiment (peut remplacer le cornichons), mais on peut la consommer fraîche, cuite à la vapeur.


Salicorne

Le sel marin récolté traditionnellement, est non lavé, et non traité. Il est naturellement riche en sels minéraux (magnésium, sodium, potassium, calcium) et en oligo-éléments (manganèse, fer, zinc…). Il possède à ce titre, des qualités diététiques exceptionnelles.

Les huîtres et les coquillages sont également bien présents sur l'île. En effet, l'ostréiculture est une activité bicentenaire sur l'Ile de Noirmoutier.

Elle a connu un développement particulier depuis cinquante ans. Ceci n'est pas anodin : sur l'estran qui entoure l'île, et notamment dans la baie de Bourgneuf, les huîtres ont trouvé un terrain très favorable. La qualité de l'environnement conjuguée au travail de la quarantaine de producteurs est la formule pour obtenir des huîtres de terroir savoureuses.



Grappe de moules

Les huîtres de l'Ile de Noirmoutier sont renommées pour la finesse de leur chair et leur goût iodé. Pour apprécier les huîtres fines de l'île, un simple filet de citron ou de vinaigre à l'échalote révèle les richesses gustatives du coquillage.

Il n'existe pas une huître, mais des huîtres de l'Ile de Noirmoutier. Huîtres "fines", huîtres "fines de claire" ou huîtres "spéciales", leurs conditions d'élevage ont modelé un goût spécifique pour chacune de ces huîtres. Les fines de claire et les spéciales ont toutes séjourné dans d'anciens marais salants reconvertis en bassins d'affinage pour les huîtres, ce qui leur confère un goût incomparable.

D'autres coquillages et fruits de mer sont proposés sur l'île de Noirmoutier, parmi lesquels figurent les moules de bouchot.


L'Ile de Noirmoutier est un des rares endroits en France où les moules sont produites depuis la naissance jusqu'à leur vente. Sur les côtes de l'île, les moules grandissent sur de grands pieux en bois nommés "bouchots" : cette technique permet d'obtenir des fruits de mer pleins et succulents.

Les poissons sur l'île sont également nombreux.

Une balade sur le port de pêche de L'Herbaudière suffit pour éveiller les sens des amateurs de bonne cuisine. Autour des pêcheurs en activité, la rumeur est une invitation à un voyage gustatif.

Ici, c'est un village entier qui s'est développé autour de son port de pêche, et les restaurants font honneur aux poissons et aux crustacés rapportés chaque jour. A bord des bateaux de pêche de l'Ile de Noirmoutier, on retrouve des poissons nobles tels que le bar de ligne, la sole, la dorade ou encore le rouget-barbet.


En effet, des produits frais et variés sont toujours à l'honneur dans l'île.

A la criée, ces poissons se retrouvent aux côtés des crustacés : le homard, la langouste, l'araignée de mer et le tourteau rejoindront bientôt les assiettes des gourmets. En fonction du jour, d'autres espèces viennent compléter ce tableau haut en couleur.

La sole et le bar de ligne sont les deux espèces phares des pêcheurs de l'Ile de Noirmoutier. La sole est très appréciée pour la finesse de sa chair. Le bar de ligne a une saveur qui lui est propre.

Au fondement de ce goût si tendre et particulier, figure une technique de pêche douce : pêchés à la ligne, les poissons ne sont pas stressés. Pour signaler cette qualité au consommateur, un système d'étiquetage à bord des bateaux a été mis en place.

En plus des poissons frais, les pêcheurs proposent leur soupe de poissons de l'Ile de Noirmoutier. Le fort taux de poissons dans la soupe explique qu'on lui reconnaisse une si grande richesse gustative. Avec un peu de crème fraîche ou de la rouille, vous vous régalerez Wink .



Avec une zone de marais disponibles et une nappe d'eau de mer souterraine à 14°C, l'Ile de Noirmoutier était à la fin du XXème siècle un site idéal pour développer l'aquaculture.

L'entreprise France Turbot est née à ce moment-là, de la volonté d'un ancien pêcheur qui a cru en ce potentiel naturel que lui offrait son île.

Le turbot est, depuis 1987, élevé dans des fermes aquacoles sur la côte Est de l'Ile de Noirmoutier.



De l'éclosion à la commercialisation, en passant par le grossissement, France Turbot contrôle toutes les étapes de sa production dans le respect du poisson et de son environnement. Le suivi d'un cahier des charges rigoureux a permis d'obtenir le Label Rouge qui certifie les bonnes conditions d'élevage du turbot depuis sa naissance jusque sur le banc de votre poissonnier.

Le turbot Label Rouge de l'Ile de Noirmoutier se distingue par la finesse et la fermeté de sa chair ainsi que par son goût délicatement iodé. Rôti, poêlé ou grillé, le turbot de l'Ile de Noirmoutier se déguste sous toutes ses formes.

Si vous passez pas loin de l'île de Noirmoutier, arrêtez vous, et allez vous détendre dans ce petit paradis Very Happy .




Bisouuuus à tous



Dernière édition par victoria le Mar 2 Juil - 16:09, édité 25 fois
avatar
victoria
Admin

Messages : 908
Date d'inscription : 27/01/2012
Age : 49
Localisation : Marmande (47)

http://notrepetiteplanete.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

ESCAPADE A L'ILE DE NOIRMOUTIERS

Message  mesange le Dim 30 Juin - 18:48

Une ile sympathique, et de bien jolis paysages. Plein de choses à voir... Comme ça donne envie d'y aller !
Et tu en parles si bien, Victoria, c'est si bien documenté.
Mais bien sûr j'attends les photos.
Bisous.
avatar
mesange

Messages : 481
Date d'inscription : 01/02/2012
Age : 81
Localisation : près de Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Escapade à 'ile de Noirmoutier

Message  victoria le Lun 1 Juil - 21:40


Merci ma Mesange, je suis heureuse que mon article te plaise.

Cette île est un vrai petit bijou, c'est clair. Je suis super contente d'avoir pu la découvrir, j'en garde un excellent souvenir.

Ses côtes sauvages et découpées, ses grandes plages resteront longtemps dans ma mémoire.


Gros bisouuuus
avatar
victoria
Admin

Messages : 908
Date d'inscription : 27/01/2012
Age : 49
Localisation : Marmande (47)

http://notrepetiteplanete.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Escapade à 'ile de Noirmoutier

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum