notre petite planete

Promenade en Aveyron

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Promenade en Aveyron

Message  victoria le Dim 7 Oct - 15:02

Bonjour,


L'Aveyron est un département français, situé dans le nord-est de la région Midi-Pyrénées, dans le sud-ouest de la France. Il est au centre d'un triangle formé par les villes de Toulouse, Clermont-Ferrand et Montpellier. Ce département reprend approximativement les contours de l'ancienne province du Rouergue.

C'est l'un des plus grands départements de France métropolitaine en termes de superficie (le 5e avec 8 735 km2) et le 3e par sa population en région Midi-Pyrénées. Sa préfecture est Rodez.

Le département de l’Aveyron a été créé en 1790 sur la majeure partie du territoire de l'ancienne province du Rouergue. Ses premiers habitants connus furent les Rutènes à l'époque gauloise, mais le peuplement est beaucoup plus ancien (premier département de France pour le nombre de dolmens : plus de 1 000).



L’Aveyron se situe dans le sud du Massif central. Le point culminant du département est le lieu dit les Cazalets, culminant à 1 463 m, sur les monts d'Aubrac. Ce département est découpé en plusieurs régions naturelles comme les Grands Causses ou Rougiers.

Il est constitué de hauts plateaux rocheux anciens d'une grande variété géologique. Les rivières Truyère, Lot, Aveyron et Tarn y taillent de profondes vallées.

Le département de l'Aveyron, c'est aussi le Viaduc de Millau et les caves de Roquefort.


Viaduc de Millau

Village de Roquefort et Rocher du Combalou

Mais ce n'est pas dans ces endroits que je vais vous emmener aujourd'hui, (nous y reviendrons plus tard si vous le souhaitez), je vais vous demander de m'accompagner dans ce superbe village qui s'appelle Conques.

Conques est une commune française, située dans le département de l'Aveyron et la région Midi-Pyrénées.

Le village est situé au confluent du Dourdou et de l'Ouche, qui forme à cet endroit une sorte de coquille qui aurait donné son nom au village.

Au nord de Rodez, au fond d'un cirque apparaît le village médiéval de Conques tassé autour de l'abbatiale Sainte-Foy, à mi-pente sur le versant ensoleillé. Les maisons disposées en espalier tournent leurs façades principales vers le midi.

Le schiste règne ici en maître et fournit non seulement la pierre à bâtir mais aussi le pavé des rues et les lauzes des toits. Il cède la place à la pierre de taille et au grès rose ou gris, plus rarement au granite, pour les encadrements des portes et des fenêtres. C'est l'association de ces pierres et du sable du Dourdou, issu de la désagrégation de roches de même origine, qui donne au patrimoine bâti de Conques ses teintes ocres aux nuances rosées en parfaite harmonie avec son environnement.

Au pied du village coule le Dourdou, le chemin de Saint-Jacques le franchit grâce à ce pont, construit en 1410.

Le pont a été classé à l'inventaire des monuments historiques en 1930. D'après les constatations faites par les ingénieurs des Ponts et Chaussées, les assises pourraient être sinon romaines du moins très antérieures au XVe siècle.



Pendant tout le Moyen Âge, Conques fut un important sanctuaire où étaient vénérées les reliques du crâne de sainte Foy. Elle est célèbre grâce à son église abbatiale dont l'architecture et les sculptures du porche sont remarquables, et son trésor, notamment la statue en or de Sainte Foy.

Depuis le XXe siècle, elle a été déclarée "étape majeure" sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle (Via Podiensis), parce qu'elle est citée dans le dernier Livre du Codex Calixtinus, pratiquement inconnu jusqu'à son édition en latin en 1882.

C'est aussi un très joli village classé par l'association Les plus beaux villages de France.


Le lien supposé avec le pèlerinage à Compostelle a valu à Conques, en 1998, le classement au Patrimoine mondial de l'humanité de l'abbatiale et du pont sur le Dourdou. L'influence de Conques sur le tourisme local a été reconnu en 2008 par le Conseil Régional Midi-Pyrénées avec la reconnaissance de la commune comme l'un des Grands Sites de Midi-Pyrénées.

L'ermite Dadon, à la fin du VIIIe siècle, choisit de se retirer dans ce site sauvage, abandonnant le lieu, quelques années plus tard, à une petite poignée de moines bénédictins.

Ainsi naquit le monastère de Conques, très vite protégé par les souverains carolingiens et doté, en 866, à la suite d'une "translation furtive", des reliques d'une jeune martyre chrétienne d'Agen, Sainte Foy, qui attira par ses miracles de nombreux pèlerins, rejoints dès le XIe siècle, par ceux de Saint Jacques de Compostelle.

Conques devint alors un bourg monastique de toute première importance.

Flâner dans les rues de Conques, à la découverte d'un patrimoine architectural exceptionnel hérité du Moyen Age, et miraculeusement conservé équivaut, en définitive, à effectuer ce voyage initiatique dans le temps, "celui de l'An Mil", et dans l'espace, au coeur d'un des plus beaux sites naturels du département.



Le dépaysement est assuré au fil de la balade, pour qui consent à placer ses pas dans ceux des pèlerins de Saint- Jacques de Compostelle, accueillis ici même par milliers dès le XIe siècle.

A proximité en effet de la basilique romane dédiée à Sainte Foy et du monastère bénédictin qui veillait sur l'un des plus riches trésors d'orfèvrerie de la chrétienté médiévale, une agglomération s'est progressivement développée sur le versant ensoleillé.


Une ceinture de murailles, percée de portes fortifiées et flanquée de quelques tours, délimite en effet, de nos jours encore, un réseau de ruelles qui desservaient autrefois les lieux saints et les différents quartiers d'habitation.

L'activité économique, quant à elle, se concentrait essentiellement dans le faubourg, avec des moulins et des tanneries dans les vallées de l'Ouche et du Dourdou, ainsi que des échoppes d'artisans (tailleurs, drapiers, cordonniers) disséminés ça et là.

Préservée au cours des âges, des destructions ou des rénovations abusives, l'architecture civile à Conques se caractérise par la diversité des matériaux utilisés : ainsi, le schiste bleuté, le grès rose et le calcaire mordoré se côtoient dans une étonnante alchimie de couleurs, les pans de bois rythment toujours les façades des demeures en encorbellement.

Quant aux toitures, en lauzes, elles sont ici tout simplement d'une beauté singulière.



Conques est un joyau de l'art roman.

Des terres austères et sauvages de l’Aubrac, les pèlerins descendaient vers la vallée du Lot avec une étape majeure : Conques. Par milliers, ils affluaient sur la Via Podiensis à la recherche d’eux-mêmes.

Au bout du chemin, le superbe village médiéval de Conques et son abbatiale au splendide tympan, reste l’un des plus importants centres d’arts et de spiritualité d’Occident.

Grâce aux reliques de Sainte-Foy, rapportées d’Agen en 883, Conques est devenu une étape très fréquentée sur la route du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, venant du Puy-en-Velay. Aujourd’hui encore, nombreux sont les marcheurs qui empruntent ce chemin historique, faisant étape au cœur du village, où ils sont accueillis par les religieux.

A l'époque médiévale, et sous l'Ancien Régime, Conques doit son statut de ville à l'existence d'une muraille qui la circonscrit dans un périmètre étroit.

L'enceinte, construite en schiste, adopte la forme d'un quadrilatère irrégulier, accroché à la pente nord-sud. Quatre portes, et de rares tours en flanquement, signalées dès le XIIIe siècle, rythmaient cette ceinture de murs, doublés en certains endroits d'un fossé.

En se promenant sur l'abrupte rue Charlemagne, on peut admirer le château d'Humières. une bâtisse du XVIe siècle avec des consoles sculptées, et une haute tour d'escalier.



On remarquera une curieuse fenêtre à meneau qui épouse l'arrondi de l'angle du mur, au nord-ouest.



La Porte de la Vinzelle, surmontée d'une tour massive de plan carré, abritant un logement de défense, doit son nom à un village voisin qui surplombe le cours du Lot. Côté village, une niche abrite une statue de la Vierge à l'Enfant, en bois de polychrome (XIVe-XVe siècle).


L'abbatiale de Conques (XIe-XIIe siècle) est un édifice majeur de l'architecture romane. Elle est un impressionnant vaisseau de pierre qui surprend par son élévation intérieure.

L'église abbatiale Ste Foy est un magnifique édifice roman construit au XIe siècle et au XIIe siècle ; les 2 tours de façade datent du XIXe siècle. La partie qui fait la célébrité du lieu est le tympan.

Elle est considérée comme un chef-d'œuvre de l'art roman du sud de la France, et reste surtout célèbre pour son tympan et son trésor comprenant des pièces d'art uniques de l'époque carolingienne, dont la statue-reliquaire de sainte Foy.

Depuis 1994 l'intérieur est décoré avec des vitraux de Pierre Soulages, un enfant du pays. Cette abbaye a été construite à partir de 1040 par l'abbé Oldoric à l'emplacement de l'ancien ermitage de Dadon (819), saint homme qui reçut faveurs et protection de Louis le Pieux, fils de Charlemagne et roi d'Aquitaine du vivant de son père.

L'abbatiale Sainte-Foy de Conques fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1840. Elle est également inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco au titre des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France depuis 1998.

L'édifice est commencé, entre 1041 et 1052, par l'abbé Odolric. Le chevet fut certainement achevé avant son décès en 1065. Ensuite, les travaux traînèrent quelque peu et la nef ne fut terminée qu'au début du XIIe siècle. Il est, en outre, possible que le monument ait été modifié en cours de chantier. Ainsi, le chevet débute-t-il par une série de quatre chapelles échelonnées pour n'adopter qu'ensuite le système à déambulatoire et chapelles rayonnantes.

Elle est construite suivant un plan en croix classique, mais à cause de la configuration du terrain (en pente) le transept est plus long que la nef. Les deux tours de façade datent du XIXe siècle.

Le portail occidental de l'abbatiale Sainte-Foy est surmonté d'un tympan décrivant le Jugement dernier. Il est considéré comme "l'une des œuvres fondamentales de la sculpture romane par ses qualités artistiques, son originalité et par ses dimensions".

Il représente le Jugement dernier, d'après l'Évangile selon Matthieu. Il comporte 124 personnages, l'ensemble est divisé en trois niveaux. Tout en haut, dans les angles, on peut voir deux anges sonneurs de cor, au centre trône le Christ en majesté, avec les élus à sa droite, au Paradis, et les damnés à sa gauche, en Enfer.

Il est indispensable de continuer la visite en se rendant découvrir le Trésor de Conques.

Le trésor de Conques est un véritable trésor d'orfèvrerie représentant véritablement le joyau du patrimoine de Conques.

Rare et remarquable, splendide et merveilleux, étonnant, fascinant, mystérieux , voire énigmatique, et pour finir unique assurément : l'enthousiasme universel des écrits sur le Trésor compose, au fil du temps, cette litanie admirative.

Composé d'un grand nombre de reliquaires, au premier rang desquels la célébrissime Majesté de sainte Foy, seul exemple conservé des statues-reliquaires conçues aux environs de l'an mil, le trésor de Conques est l'un des cinq grands trésors européens d'orfèvrerie médiévale, et le seul, en France, qui regroupe autant d'objets du Haut Moyen Age.


Il renvoie au culte et à la dévotion des reliques, ces précieux corps saints à l'origine du développement et de la prospérité d'une abbaye médiévale. Chaque sanctuaire pouvait alors accueillir la foule des pèlerins qui, dans une ferveur partagée, espérait obtenir les bienfaits sur terre et la récompense céleste. Permanence et continuité du phénomène : de nos jours encore, le Trésor conserve en partie cette fonction.

Le mot Trésor n'évoque pas seulement la richesse matérielle et artistique des revêtements d'or et d'argent doré, ornés de filigranes, de pierres gravées antiques, de pierres taillées, de perles ou d'émaux. Il témoigne surtout de l'importance religieuse accordée au contenu de ces coffrets de bois précieusement décorés.

Au cours de la Révolution française, le trésor de Conques aurait pu, comme la plupart des autres trésors d'église, être confisqué, et ses différentes pièces, fondues. Il fallait en effet de l'argent pour mener la guerre et sauver la "patrie en danger". C'est grâce au courage et à la ruse des habitants qui cachèrent les reliquaires dans leurs maisons et leurs jardins, puis qui les restituèrent, que fut préservé cet inestimable patrimoine.


Détail d'un coffre

Toujours affectés au culte, même s'ils sont devenus propriété de la commune de Conques en 1905, ces objets participent régulièrement à la liturgie catholique. Ils ne sont pas devenus des pièces de musée, même si leur classement parmi les Monuments historiques, dès 1895, met en évidence, pour tous les citoyens, leur haute valeur patrimoniale, et justifie les dispositions prises pour en faciliter l'accès au plus large public.

Conservé dans l'abbatiale jusqu'en 1875, le trésor est installé en 1911 dans l'actuel local construit pour l'abriter, sur l'emplacement de l'aile sud du cloître. Sa présentation est totalement repensée en 1953-1955. La rénovation de 2002 a respecté l'organisation générale des six armoires vitrées qui matérialisent l'histoire de l'abbaye, en regroupant les objets de façon chronologique et thématique.




bientot terminé



Dernière édition par victoria le Dim 6 Jan - 21:31, édité 14 fois
avatar
victoria
Admin

Messages : 905
Date d'inscription : 27/01/2012
Age : 49
Localisation : Marmande (47)

http://notrepetiteplanete.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

PROMENADE EN AVEYRON

Message  mesange le Dim 7 Oct - 17:53

Magnifique, ma Victoria ! je me suis régalée. C'est un très beau village en effet,qui a une histoire passionnante.
Heu... c'est fini, ou y a t-il une suite ?
Tu sais, moi j'en redemande toujours !
Merci à toi, et bisous.
avatar
mesange

Messages : 480
Date d'inscription : 01/02/2012
Age : 80
Localisation : près de Lyon

Revenir en haut Aller en bas

la promenade

Message  cloe38 le Mar 23 Oct - 19:08

je repasse demain ma vic, je veux lire ton article tranquillement lolllllll bisoussssss

cloe38

Messages : 144
Date d'inscription : 11/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Promenade en Aveyron

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum